Le Jury 2020


Jill EMERY

Réalisatrice

Présidente du Jury 2020

D’origine gallo-anglaise, Jill Emery commence sa carrière de réalisatrice de documentaire en France, en 1997, aux côtés de Jean-Michel Carré pour Charbons Ardents, au Pays de Galles. Son premier film personnel "La vie rêvée d’Amanda", sur sa fille autiste, est sélectionné pour les Rockie Awards en 2003, reçoit une mention spéciale et gagne le prix CIRCOM de la télévision Européenne. Son dernier film en tant que réalisatrice, L’Ukraine, de la démocratie au chaos, est primé au FIGRA et aux International Focal Awards à Londres en 2013. Coproduit par Al Jazeera UK, MDR Allemagne et 8 autres pays, il est diffusé dans 20 pays à travers le monde après les événements d’Euro Maidan. En 2001, Jill gère la co-production internationale du film Koursk un sous-marin en eaux troubles, pour Les films du Grain de Sable. Le film sera co-produit par Sundance Channel USA.

Depuis, tous les films qu’elle réalise et ceux qu’elle co-réalise avec Jean-Michel Carré sont des coproductions internationales. Auparavant, Jill a été, co-créatrice d’une radio libre en 1981, auteur et animatrice à Radio France de 1984 à 1996, et Professeur en lycée et classes préparatoires de 1974 à 1996.

Les membres du Jury


Virginie LEMAIRE De BRESSY

Elle est psychologue, coach certifié et auteure. Spécialisée en psychologie du sport, elle a centrée sa thèse sur la force mentale des handisportifs et la compréhension des stéréotypes associés au handicap. Forte de ses observations, elle a créé une association dont le but était de promouvoir le sport pour tous et la mise en commun d’expérience pour s’enrichir des différences. Elle accompagne aujourd’hui dans sa pratique des personnes très diverses, liées par leur envie commune d’améliorer leur bien-être et de réaliser leurs rêves. Passionnée de cinéma, elle s’intéresse au pouvoir des images et des films comme vecteur d’énergie et de ressource pour atteindre ces objectifs. Son premier ouvrage, "cinémathérapie par les dessins animés" est un recueil d’astuces et d’exemples pour initier les parents, et plus largement les spectateurs, au pouvoir des écrans pour s’épanouir dans sa vie.

Isabelle ARLERY

Après des études de langues, d’histoire de l’art et l’obtention d’une maîtrise de sciences et techniques du Patrimoine naturel et culturel, Isabelle est devenue guide conférencière Pays d’Art et d’Histoire et médiatrice culturelle en milieu scolaire. Elle aime la Bande dessinée, l’écriture, le cinéma et tout particulièrement les courts métrages et les films d’animation. Son public à la fin de ses visites lui dit souvent : « vous transmettez très bien votre passion et vous racontez si bien et si simplement les choses ». Et puis de plus en plus souvent on lui dit « mais il y a autre chose » ! Cet autre chose

c’est son rêve : mettre en images et en musique l’univers qu’il y a dans sa tête et qui ne peut se transmettre à travers les mots. Donner vie à ces petits films qui se créent dans sa tête. Avec toujours un message d’amour et de tolérance : la différence, quelle qu’elle soit, est une richesse… En attendant de pouvoir leur donner vie elle regarde avec un plaisir immense les réalisations, et en particulier, les films, des autres, tous ses sens en éveil. Isabelle a appris il y a quelque mois qu’elle était porteuse d’un handicap invisible, ce qui la rapproche encore un peu plus du monde des personnes « en situation de handicap ».

Chantal LEBRAT

Chantal a créé les éditions RENAISSENS en 2018 pour donner aux personnes handicapées la chance d’être publiées, s’est intéressée très tôt au cinéma, principalement au métier d’acteur et de scénariste. Plus jeune élève du célèbre professeur d’art dramatique JEAN-LAURENT COCHET en 1978 (et jusqu’en 1981), elle se tourne vers l’écriture de romans (publiée chez Ramsay) tout en continuant ses études de lettres, criminologie, droit et relations internationales. À son retour d’Irak fin 2008, où elle était en poste pour la Croix-Rouge internationale, elle décide de revenir à ses premières amours : le cinéma. Elle effectue en 2009 la formation sur les techniques de l’écriture scénaristique au CEFPF, où elle rencontre de nombreux professionnels venus se perfectionner. Dans la foulée elle participe aux masterclasses de Robert Mc Kee, John Truby, Yves Lavandier et Frédéric Krivine. Elle propose de nombreux scénarios engagés. Elle n’écrira jamais sur le handicap, sans doute pour oublier la sclérose en plaques dont elle est atteinte depuis l’âge de 26 ans. En 2011 elle s’installe à Cannes pour être au plus près des producteurs. Elle parle couramment l’anglais et le russe.

Jaqueline DICHARRY

Jaqueline est musicienne, chevalier de l’Ordre National du Mérite, médaille d’argent du Bénévolat, prix Fémina, et aveugle. Cette pianiste de talent, obtient un premier prix de conservatoire régional à l’âge de 19 ans, ainsi que plusieurs premiers prix en harmonie, contrepoint, chant et solfège. Très tôt elle se consacre à la pédagogie et forme de nombreux élèves au sein du conservatoire régional de Bordeaux, dont nombre d’entre eux poursuivent actuellement leur carrière en France et à l’étranger. Elle dirige pendant de nombreuses MDPH et a fondé, puis dirigé l’Institut pour déficients auditifs Berlioz à Nice. Elle dirige pendant de nombreuses années une école de musique dans le Sud-Ouest avant de prendre sa retraite à Nice où elle crée une chorale qu’elle dirige au sein de l’association Valentin Haüy. Quelques années plus tard elle fonde l’association MOZAHRT, dont la signification est : Musique Ouverte aux Z’enfants et Adultes Handicapés ou Rencontrant un Trouble de la santé. Encadrée par des médecins et des psychologues, elle y enseigne depuis 2010 le piano, le chant, la formation musicale, le braille musical, l’écriture et l’improvisation et organise de nombreux concerts et spectacles dans la région Provence-Alpes- Côte d’Azur. Jacqueline a deux filles, toutes deux musiciennes professionnelles.

Yannick LABANCZ

Yannick est devenue sourde à la suite d’un traitement à la streptomycine, faisant suite à une primo-infection, de 1954 à 1957... Elle est appareillée depuis 1974. C’est en 1988 qu’elle a fait les démarches nécessaires à la prise en compte de son handicap. Elle obtient sa carte d’invalidité et sa reconnaissance de travailleuse handicapée. Yannick aime regarder les films mais elle n’est pas cinéphile. « Pour moi un bon film, c’est une bonne histoire bien interprétée et bien montée » dit-elle. Devenue sourde, il y a de nombreuses années, Yannick a appris à vivre différemment. Correspondante de l’Association de Réadaptation et de Défense des Devenus Sourds pour les Alpes Maritimes, elle a été responsable de la scolarité des élèves handicapés à la MDPH et a fondé, puis dirigé l’Institut pour déficients auditifs Berlioz à Nice.

Claudine SMITH

Réalisatrice de documentaires, Claudine a essentiellement travaillé pour les émissions protestantes du dimanche matin sur France 2. Apres avoir fait des études d’anglais å Paris IVSorbonne, elle étudie le montage au Conservatoire Libre du Cinéma Français. Elle séjourne au Canada pour monter un film au sujet engagé "Le Pardon". Ce film obtient le prix du meilleur documentaire au Festival de Tours en 1992 et une nomination pour le meilleur montage au prix Gémeaux au Québec. Par la suite, elle réalise des documentaires qui seront diffusés sur France 2.

Olivia CATAN

Olivia est journaliste, écrivaine et présidente de SOS Autisme France. Maman d’un enfant autiste, elle milite pour l’inclusion des personnes autistes dans la société et contre toutes formes de discriminations. Après une scolarité en école bilingue, des études depiano à l’école normale de musique et au Studio des variétés, elle devient auteure-compositrice et forme son groupe Olivia Becker ETC avec Matthieu Chédid. Elle interrompt sa carrière après un accident de la route. Elle entreprend alors des études de journalisme et d’histoire de l’art à l’école du Louvre et devient journaliste. Elle se spécialise peu à peu dans l’art et la culture, les faits de société, le droit des femmes, les religions, le handicap. Elle entre comme attaché de presse aux Editions Robert Laffont, où elle mènera trois campagnes de communication en France. A travers ses ouvrages, ses campagnes de sensibilisation, elle défend le droit à la différence des personnes autistes. Elle vient de créer un magazine semestriel, le Magazine de la différence, afin de lutter contre les préjugés et les clichés liés à ce syndrome. Après avoir effectué une mission de protection civile en Palestine-Israël, elle réalise un film sur Elias Chacour, directeur de lycée en Galilée, homme d’exception nommé deux fois pour

obtenir le prix Nobel de la paix. Claudine participe à différents jurys oecuméniques lors d’événement cinématographique : Cannes, Montréal, Locarno, Nyon, Berlin... Elle a été présidente de jury par deux fois dans ce

cadre à Cannes.

Hugo HORIOT

Hugo est comédien, écrivain et conférencier. Suite à une formation chez Pierre Debauche, il publie en 2013, son premier livre « L’empereur c’est moi », best-seller lu par plus 100 000 lecteurs. Ce livre est adapté au théâtre. L’auteur y joue son propre rôle dans un spectacle éponyme présenté pendant trois ans. En 2016, il publie son deuxième livre « Carnet d’un imposteur », puis en 2018 « Autisme : J’accuse ! », un essai-manifeste qui démontre la puissance de « l’intelligence atypique » des autistes, visant à changer notre regard, faussé par les critères de normalité, sur la différence.

Claude LIENARD

Claude est avocat et professeur émérite des Université depuis 1979. Spécialisé en réparation du dommage corporel et en droit des victimes, il participe à la juste prise en compte des handicaps qui en résultent. Au titre de ses activités de recherche, il est le fondateur du Centre Européen de Recherche sur le Droit des Accidents Collectifs et des Catastrophes. Également président-fondateur de France Victimes (INAVEM), qui regroupe 130 associations professionnelles, il a accompagné, assisté et défendu des centaines de victimes de violences et d’accidents, notamment routiers ou médicaux, toujours entouré d’une équipe de médecins. Après avoir assuré la défense des victimes du crash du Mont-Sainte-Odile, il est intervenu dans d’autres accidents aériens, ferroviaires ou liés à des explosions ou à des situations dramatique. Claude est l’auteur de nombreux articles de référence, notamment sur la nécessaire prise en compte du dommage psychique, dans le cadre du principe de réparation intégrale. Il aborde notamment les prédispositions naturelles d’une part non négligeable de ces populations dotées d’intelligence atypiques et leur lien avec l’intelligence artificielle ainsi que le rôle qu’elles jouent et ont jouer dans l’ère de la révolution numérique. Il est sollicité par de nombreux organismes pour donner des conférences à titre d’expert notamment par les institutions européennes.